Disjoncteurs électriques , bien choisir pour votre sécurité

Disjoncteurs thermiques, magnétiques, thermomagnétiques, différentiels, électroniques : choisir les modèles pour votre installation

Choisir son disjoncteur

Les disjoncteurs sont des composants de sécurité indispensables montés en tête des circuits lors de l’installation de l’électricité d’un bâtiment. Un tableau électrique peut en compter plusieurs, montés en cascade selon le plan d’appareillage électrique. Les configurations étant variables d’un modèle à un autre, il est important de prendre compte de plusieurs critères pour choisir vos disjoncteurs.

Les différents types de disjoncteurs

Thermiques, magnétiques, magnétothermiques, différentiels, plusieurs types de disjoncteurs sont disponibles dans le commerce.

Le disjoncteur thermique

Ce type de disjoncteur divisionnaire procure une protection de l’installation électrique contre les surcharges électriques, grâce à système bilame. Son fonctionnement repose sur des lames métalliques dont la déformation déclenche un contact d’ouverture du circuit. La déformation des lames métalliques résulte de leur surchauffe en fonction de leur valeur de résistance électrique.

En cas de surintensité électrique, le disjoncteur ouvre le circuit et protège les composants de risques de surchauffe, tels que la fusion des fils conducteurs pouvant être source d’incendie. La coupure intervient généralement lorsque la surcharge prévaut sur une durée assez longue.

Le disjoncteur magnétique

Le rôle du disjoncteur électrique magnétique est de protéger le circuit et les appareils électriques du court-circuit. Il préserve également le bâtiment des risques d’incendie pouvant résulter des répétitions d’étincelles, ou de la surchauffe des conducteurs.

Ce type de disjoncteurs modulaires est équipé d’une bobine électromagnétique permettant de déclencher le disjoncteur grâce à un contact pour d’ouverture du circuit. Cette bobine est activée sous l’effet de la variation du champ magnétique qui la traverse lorsque deux polarités différentes entrent en contact.

Le disjoncteur magnétothermique

Ce type de disjoncteur permet de protéger le bâtiment, le circuit électrique et les appareils électriques. Il combine les fonctions de protection thermiques et magnétiques, et détecte à la fois les surcharges et le court-circuit. Cette configuration est notamment indiquée pour le disjoncteur général installé après le compteur électrique.

 

Le disjoncteur différentiel

L’interrupteur différentiel est une mise en sécurité électrique pour la protection des personnes contre les risques d’électrocution et d’électrification. Il mesure constamment les intensités de courant aux bornes Phase et Neutre, et déclenche l’ouverture du circuit dès qu’une différence est détectée. Cette variation est généralement perçue comme une source de danger pour les personnes, et résulte généralement des fuites de courant à la terre.

Le dispositif de protection est appelé disjoncteur différentiel, lorsque la fonction de détection différentielle est couplée avec les fonctions de détection thermique et magnétique. Les disjoncteurs différentiels sont disponibles selon plusieurs classes :

– La classe AC

Les interrupteurs ou disjoncteurs différentiels de type AC sont conçus pour les circuits de la plupart des appareils électriques, tels que le chauffage, les éclairages et les chauffe eaux.

– La classe A

Les interrupteurs ou disjoncteurs différentiels de type A assurent une détection plus précise, et assure une protection des personnes sans occasionner des coupures intempestives. Ce type de disjoncteurs est indiqué pour certaines classes d’appareils intégrant des composants alimentés par courant alternatif et continu, tels que les lave-linges et les plaques à induction.

– La classe F

Les interrupteurs et disjoncteurs de type F sont des interrupteurs à haut pouvoir immunitaire, conçus pour les appareils sensibles aux micro-coupures, tels que les ordinateurs.

illustration-article

Le disjoncteur à déclencheur électronique

Ces appareils assurent les mêmes fonctions que les modèles magnétothermiques, mais sont équipés d’un processeur électronique pour détecter les anomalies et gérer la disjonction. Ils bénéficient en conséquence d’une plus grande précision, et sont conseillés pour les installations particulièrement sensibles. Ces disjoncteurs sont aussi généralement équipés de modules de réglage, permettant de définir leur sensibilité.

Les critères de choix d’un disjoncteur

Plusieurs indications techniques doivent être prises en compte lorsqu’on choisit un disjoncteur électrique.

Le calibre

Le calibre d’un disjoncteur divisionnaire équivaut à son ampérage, lequel doit être situé entre l’intensité d’usage totale des appareils électriques et le courant admissible dans le circuit. Le disjoncteur protège de ce fait les appareils des risques de surtensions, mais protège aussi l’installation des risques de surcharges. Les calibres de disjoncteurs destinés à l’usage domestique sont généralement de 2 A, 10 A, 16 A, 20 A et 32 A. On peut à titre d’exemple, choisir un disjoncteur de :

– 16 ampères pour un circuit de 8 Ă©clairages ou de volets roulants

– 20 ampères pour un sèche-linge ou un chauffe-eau Ă©lectrique ou un congĂ©lateur

– 32 ampères pour une plaque de cuisson jusqu’à 7 000 W

Lors de l’installation en cascade de plusieurs disjoncteurs divisionnaires, le calibre ira en croissant au fur et à mesure de la hiérarchie vers la source principale.

Le pouvoir de coupure

Le pouvoir de coupure se définit par l’intensité maximale jusqu’à laquelle le disjoncteur peut assurer sa fonction sans être endommagé par la surintensité. Le pouvoir de coupure doit par conséquent être supérieur à l’intensité de court-circuit pour garantir le déclenchement du disjoncteur. La valeur de l’intensité repose sur plusieurs paramètres, dont la section des fils, leur longueur, leur matière ou encore leur résistance électrique. Les normes en vigueur indiquent qu’un pouvoir de coupure de 3000 A suffit pour sécuriser les installations électriques domestiques.

La courbe de déclenchement

La courbe de déclenchement se rapporte à la sensibilité de la détection magnétique des pics de courant électrique dans le circuit. Les disjoncteurs sont proposés avec plusieurs variétés de courbes de déclenchement, à savoir les courbes B, C, D, Z et MA. Les courbes C et D sont cependant les plus courants dans le cadre de la sécurité électrique domestique.

– Les disjoncteurs Ă  courbe C permettent de protĂ©ger la plupart des appareils Ă©lectriques domestiques, tels que les Ă©lectromĂ©nagers, les Ă©clairages et les volets roulants.

– Les disjoncteurs Ă  courbe D sont dotĂ©s d’une plus grande tolĂ©rance aux augmentations de charges Ă©lectriques de courte durĂ©e. Ils sont indiquĂ©s pour les appareils Ă  forts appels de courant Ă©lectrique au dĂ©marrage, tels que les pompes Ă  chaleur.

Le nombre de pĂ´les

Les disjoncteurs du marché sont dotés d’un nombre variable de pôles destinés au branchement des fils conducteurs.

– Les modèles unipolaires

Le disjoncteur unipolaire est doté d’une seule entrée et d’une sortie, généralement dédié au conducteur de phase, tandis que le conducteur de neutre demeure en continuité libre. Il existe aussi des modèles unipolaires + neutre, lesquels sont dotés de deux bornes d’entrée et deux bornes de sortie. La protection s’applique uniquement sur le conducteur neutre, mais la continuité est coupée sur les deux pôles lorsque le circuit est ouvert. Les disjoncteurs unipolaires suffisent pour assurer la protection des installations électriques domestiques.

– Les modèles bipolaires

Le disjoncteur bipolaire est doté de deux bornes d’entrée deux bornes de sortie, et assure une protection sur les conducteurs de phase et de neutre. La continuité est également coupée sur les deux pôles en cas de détection d’anomalie dans le circuit. Ce type de disjoncteur de branchement convient aux installations domestiques exigeantes, mais aussi au secteur tertiaire.

– Les modèles tripolaires et tĂ©trapolaires

Ces disjoncteurs sont conçus pour les courants triphasés dans les installations tertiaires ou industrielles. Les modèles tripolaires sont conçus pour le branchement des 3 conducteurs de phase, tandis que les disjoncteurs tétrapolaires permettent de brancher les trois conducteurs de phase et un conducteur de neutre.

Laisser un commentaire